Investir dans l’immobilier ancien pour défiscaliser : le guide

L’immobilier ancien représente une opportunité intéressante pour ceux qui cherchent à optimiser leur fiscalité tout en diversifiant leur patrimoine. Les dispositifs de défiscalisation, tels que la loi Malraux ou le déficit foncier, permettent de réduire significativement son impôt sur le revenu tout en rénovant des biens de caractère.

Investir dans ce type de biens nécessite toutefois une bonne connaissance des mécanismes fiscaux et des particularités du marché. Entre la sélection d’un bien à fort potentiel et la gestion des travaux de rénovation, plusieurs étapes clés méritent une attention particulière pour garantir un investissement rentable et sécurisé.

A découvrir également : Comment réussir sa défiscalisation immobilière en 2022

Les avantages d’investir dans l’immobilier ancien

L’immobilier ancien offre plusieurs atouts pour l’investisseur cherchant à défiscaliser. D’abord, il permet d’acquérir des biens immobiliers souvent situés dans des sites patrimoniaux remarquables ou des quartiers anciens dégradés. Ces biens, une fois rénovés, peuvent bénéficier de dispositifs fiscaux avantageux.

Les dispositifs de défiscalisation

Parmi les dispositifs disponibles :

A voir aussi : Loi Pinel : tout savoir sur cette solution de défiscalisation

  • La loi Malraux : Elle offre une réduction d’impôt conséquente pour les travaux de rénovation réalisés sur des biens situés dans des sites patrimoniaux remarquables.
  • Le déficit foncier : Les travaux de rénovation peuvent générer un déficit foncier, déductible des revenus fonciers et, dans certaines limites, du revenu global.
  • La loi Denormandie : Elle vise les quartiers anciens dégradés et permet une réduction d’impôt sur le revenu pour l’achat et la rénovation de logements anciens.

Des biens à fort potentiel

Les biens immobiliers anciens, souvent situés dans des quartiers conventionnés NPNRU (Nouveaux Programmes Nationaux de Renouvellement Urbain), offrent un fort potentiel de valorisation. Une fois les travaux de rénovation réalisés, ces biens peuvent attirer une clientèle désireuse de vivre dans des lieux chargés d’histoire et de caractère.

Un marché porteur

L’investissement immobilier dans l’ancien séduit de nombreux investisseurs. En plus des avantages fiscaux, il permet de participer à la préservation du patrimoine et à la revitalisation des centres-villes. Les travaux de rénovation, en plus d’améliorer la qualité du bien, peuvent aussi bénéficier de subventions de l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH).

Les dispositifs de défiscalisation pour l’immobilier ancien

Plusieurs dispositifs permettent aux investisseurs de réduire leur imposition en investissant dans l’immobilier ancien.

Loi Malraux

La loi Malraux est l’un des dispositifs les plus avantageux pour ceux qui souhaitent rénover des biens situés dans des sites patrimoniaux remarquables. Elle offre une réduction d’impôt pouvant aller jusqu’à 30% du montant des travaux, plafonnée à 400 000 euros sur quatre ans.

Loi Denormandie

La loi Denormandie, quant à elle, cible les quartiers anciens dégradés. Elle permet d’obtenir une réduction d’impôt de 12 à 21% du prix de revient du bien, en fonction de la durée de location, pour des travaux représentant au moins 25% du coût total de l’opération.

Déficit foncier

Le mécanisme du déficit foncier permet de déduire des revenus fonciers et, sous certaines conditions, du revenu global, les dépenses de rénovation. Ce dispositif est particulièrement avantageux pour les investisseurs ayant des revenus locatifs élevés.

Autres dispositifs

  • La loi Cosse offre une déduction fiscale allant de 15 à 85% des revenus locatifs, en fonction de la nature du loyer.
  • La loi Pinel dans l’ancien permet une réduction d’impôt pour les investisseurs qui réhabilitent des biens en vue de les louer.
  • Le dispositif Loc’avantages permet aussi de bénéficier d’une réduction d’impôt en contrepartie de la location du bien à un loyer inférieur au marché.

Ces dispositifs, cumulés aux subventions éventuelles de l’ANAH, rendent l’investissement dans l’immobilier ancien particulièrement attractif pour ceux cherchant à optimiser leur fiscalité.

investir immobilier ancien

Les étapes pour réussir son investissement locatif dans l’ancien

1. Sélectionner le bien immobilier

L’investisseur doit d’abord identifier un bien immobilier avec fort potentiel de valorisation. Les biens situés dans des sites patrimoniaux remarquables, des quartiers anciens dégradés ou des quartiers conventionnés NPNRU sont particulièrement intéressants. Cette localisation permet de bénéficier de dispositifs comme la loi Malraux ou la loi Denormandie.

2. Réaliser les travaux de rénovation

Les travaux de rénovation sont souvent nécessaires pour rendre le bien conforme aux normes de décence et augmenter sa valeur locative. Ces travaux peuvent bénéficier de subventions et de déductions fiscales. Par exemple, le déficit foncier permet de déduire les dépenses de rénovation des revenus fonciers.

3. Conventionner le bien avec l’ANAH

Pour maximiser les avantages fiscaux, conventionnez le bien avec l’Agence Nationale de l’Habitat (ANAH). Cela peut donner accès à des aides complémentaires et garantir la conformité du bien aux critères de décence. Les loyers doivent respecter des plafonds spécifiques.

4. Gérer la location

Pour une gestion optimale, confiez le bien à une agence immobilière à vocation sociale ou à un organisme agréé. Ces structures assurent une gestion professionnelle et garantissent le respect des normes de décence par les locataires. La loi Cosse offre des déductions fiscales pour les loyers inférieurs au marché.

Suivez ces étapes pour optimiser votre investissement locatif dans l’ancien tout en bénéficiant de dispositifs de défiscalisation avantageux.

ARTICLES LIÉS